2015 n’est pas encore l’année de l’éducation pour tous

Au Maroc, 2015 n’est pas encore l’année de l’éducation pour tous 

Sur certains points, le Maroc satisfait à ses engagements dans le cadre des OMD, mais pas sur tous. La généralisation du pré-primaire et la réduction de 50% de l’analphabétisme des adultes ne sont pas atteints.
Au Maroc, 2015 n’est pas encore l’année de l’éducation pour tous
Lors du Forum mondial sur l’éducation à Dakar en 2000, le Maroc, avec 163 autres pays, avait ratifié des objectifs en matière d’accès universel à l’éducation avec pour cap 2015. Le dernier rapport mondial de suivi de l’éducation pour tous (EPT) publié par l’Unesco indique que le Maroc a poursuivi le programme stratégique en 12 points et tend vers l’accomplissement des objectifs, mais sans y parvenir pour l’instant.
Nous savons désormais que les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ne seront pas atteints, que les disparités régionales se creusent, notamment en matière d’éducation.
Développer l’éducation pour la petite enfance: objectif non atteint
Le premier objectif de la Charte de Dakar est édicté comme suit: développer et améliorer sous tous leurs aspects la protection et l’éducation de la petite enfance, et notamment des enfants les plus vulnérables et défavorisés.
Lorsque l’on étudie l’évolution du taux de scolarisation pré-primaire au Maroc, les évidences montrent que l’objectif n’a pas été atteint.
Entre 1990 et 2012, le taux a stagné voire légèrement diminué, demeurant autour de 60%. Le nombre d’années de pré-primaire n’a pas évolué non plus, demeurant en moyenne d’une année et un trimestre. Pourtant le Maroc a depuis 1999 intégré le pré-primaire dans l’éducation publique, permettant d’abaisser la part du secteur privé dans le pré-primaire de 100 à 90%.
Or des études menées au Maroc notamment ont montré que la scolarisation pré-primaire a des effets positifs sur la scolarisation et sur les résultats dans les premières années du primaire et réduit le risque de redoublement, d’échec scolaire et d’abandon. Ces effets sont parfois très marqués chez les enfants pauvres et marginalisés.
Le rapport de l’Unesco met en lumière les régions du monde où le taux de scolarisation pré-primaire a évolué significativement au cours des 20 dernières années, en Amérique latine et en Europe centrale et orientale. Les pays où ce taux a le mieux progressé ont institué une éducation pré-primaire obligatoire (Argentine, Pérou, Mexique).
Alors que le coût de l’enseignement pré-primaire est un obstacle majeur, une stratégie gagnante est d’alléger cette dépense en rendant gratuite l’éducation ou par des transferts monétaires aux familles.
Enseignement primaire obligatoire et gratuit, équité scolaire: objectifs partiellement atteints
Le 2e objectif non quantifié du cadre de Dakar est posé ainsi: faire en sorte que d’ici 2015 tous les enfants, notamment les filles, les enfants en difficulté et ceux appartenant à des minorités ethniques, aient la possibilité d’accéder à un enseignement primaire obligatoire et gratuit de qualité et de le suivre jusqu’à son terme.
Le rapport salue les progrès intensifs réalisés par le Maroc dans l’objectif d’enseignement primaire universel qui voit une évolution conjointe du taux net de scolarisation et du taux de survie en 20 ans. Le taux de scolarisation dans le primaire est passé de 71% en 1999 à 99% en 2013. Cette réussite est le fruit d’efforts entrepris dans la construction d’écoles en zones rurales et en faveur de l’équité des genres.
Le taux d’achèvement de la scolarité primaire s’est sensiblement améliorée entre 2000 et 2010 notamment dans le quintile le plus pauvre où il est passé de quelques 20% à 35%, mais l’écart entre celui-ci et la moyenne (70% en 2010) est encore très élevé. 30% des scolarisés du primaire n’achèvent toujours pas le premier cycle.
Pour les auteurs, la Charte nationale d’éducation et de formation instaurant la « décennie de l’éducation » a fait beaucoup pour renforcer l’équité scolaire. Les importants investissements d’infrastructures scolaires effectuées dans les campagnes ont permis d’accomplir d’importants progrès en matière d’accès à l’éducation, notamment pour les filles du milieu rural, révèle deux études de la Banque mondiale.
Toutefois, le rapport pointe la montée de l’éducation privée comme faisant obstacle au développement de l’éducation des enfants les plus vulnérables et défavorisés, et nuisant à l’équité sociale et éducative. Au Maroc, le taux du secteur privé dans les effectifs primaires est passé de 3 à 15% entre 1999 et 2012.
Répondre aux besoins éducatifs de tous: objectif partiellement atteint
Le 3e objectif de la Charte est posé en ces termes: répondre aux besoins éducatifs de tous les jeunes et de tous les adultes en assurant un accès équitable à des programmes adéquats ayant pour objet l’acquisition de connaissances ainsi que de compétences nécessaires dans la vie courante.
Au niveau du secondaire, le Maroc a réussi une croissance fulgurante du taux de scolarisation brut.
Dans le premier cycle du secondaire, ce taux atteint un peu plus de 85% en 2012, en hausse de plus de 35 points par rapport à 1999. Ces chiffres sont d’ailleurs nettement plus importants que ceux livrés par le HCP en début d’année qui avançait un taux de scolarisation de 54% au secondaire collégial.
Au 2e cycle du secondaire, soit au lycée, le taux de scolarisation brut approche les 60% en 2012, alors qu’il était à 25% en 1999.
Toutefois, ces chiffres ne sont pas suffisants pour évaluer l’atteinte de l’objectif 3. Les taux de survie dans le secondaire sont très bas au Maroc et le taux d’abandon entre le premier et second cycle élevé. Le taux d’enrôlement de la formation professionnelle et universitaire doit également être pris en compte.
Améliorer de 50% les niveaux d’alphabétisation des adultes, et notamment des femmes, d’ici à 2015: objectif non atteint
Le Maroc n’atteindra pas l’objectif de réduire de moitié le taux d’analphabétisme entre 2000 et 2015. Les projections de l’Unesco tablent sur une diminution de 35%. La parité entre les hommes et les femmes dans le taux d’alphabétisme ne sera pas atteint en 2015, et devrait avoisiner les 75% d’après les projections de l’organisation.

Sources : Medias24 – octobre 2015

Ne baissons pas les bras,  continuons à travers nos actions et nos projets à soutenir le développement d’une éducation de bonne qualité pour au Maroc. 
Avec mots-clefs , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>